Your business. Our DNA.

Pendant la gestation, il est important que les besoins des truies en nutriments pour la production fœtale, le rétablissement de la condition physique et la croissance des mamelles soient satisfaits par une alimentation équilibrée. L’objectif est de s’assurer que les truies atteignent une condition physique optimale, afin qu’elles soient en forme pour la mise bas et la période d’allaitement qui suit. Et pour y parvenir, il vous faudra peut-être ajuster les rations alimentaires individuelles pour les truies trop maigres ou trop grasses.

En gestantes, il y a de nombreuses occasions de passer du temps avec les truies, pour les sociabiliser

Cinq jours après l’accouplement, la période d’implantation commence. D’une durée de trois à quatre semaines, c’est à ce moment que les œufs fécondés forment le placenta et cela a un impact énorme sur la taille de la portée. En conséquence, les truies et les cochettes ne doivent pas être déplacées, regroupées ou exposées à tout ce qui pourrait être stressant au cours des quatre premières semaines après l’accouplement, car cela pourrait entraîner des portées plus petites.

Intégrer les truies et les cochettes dans un programme de vaccination, réalisé en collaboration avec le vétérinaire du troupeau, est une bonne idée pour réduire le risque de propagation des maladies reproductives dans le troupeau.

Tâches quotidiennes dans l’unité de gestation :

Contrôlez tous les animaux au moins une fois par jour pour déceler tout signe de maladie.

Vérifier le bonne santé des truies fait partie du travail quotidien

Au delà du sanitaire, il est intéressant de distribuer de la paille

Entre quatre et six semaines après l’accouplement, toutes les truies et les cochettes doivent faire l’objet d’une échographie.

 

Contrôle de la gestation

Des éhographies régulières sur tous les animaux accouplés vous donnent un aperçu de la fertilité globale du troupeau. De cette façon, vous identifierez rapidement les truies non gestantes qui peuvent être accouplées à nouveau ou réformées, des éhographies régulières réduiront le nombre total de jours non productifs.

Veillez à stimuler les truies avec un verrat renifleur tous les jours du 19ème au 28ème jour après l’accouplement. Certaines truies ont un intervalle de retour prolongé, il est donc important de contrôler les chaleurs pendant quelques jours de plus. Effectuez un contrôle des chaleurs pendant un moment tranquille de la journée en utilisant un verrat expérimenté et actif – et si possible, en utilisant des verrats différents.

Le contrôle de la gestation effectué par échographie commence le 28ème jour et se poursuit jusqu’au 42ème jour. Assurez-vous de contrôler toutes les truies.

Si vous avez des doutes sur le résultat d’une échographie, marquez la truie et échographiez-la à nouveau dans la semaine qui suit. Si la truie n’est pas gestante, marquez-la et déplacez-la vers l’unité d’accouplement – ou bien, préparez-la pour la réforme.

Le contrôle de la gestation est une partie importante de l’exploitation du troupeau – et il en va de même pour le soin et l’enregistrement des résultats. C’est la meilleure façon de trouver et d’éliminer la cause des erreurs et des maladies cachées.

PROGRAMME DE VACCINATION

Cette stratégie de vaccination est une ligne directrice basée sur une installation danoise.

Vous devez toujours travailler votre stratégie de vaccination en collaboration avec le vétérinaire du troupeau.

Type Âge 1ère vaccination Âge 2ème vaccination Re-vaccination Remarque
Maladie de Glässer 5½ mois

3 semaines plus tard

1ère vaccination

Vaccination administrée avant la livraison : 2 vaccinations à 3 semaines d’intervalle. Les vaccinations doivent être terminées 2 semaines avant la livraison.
Parvovirose porcine – PPV 5½ mois

3 semaines plus tard

1ère vaccination

Érysipèle * 5½ mois 3 semaines plus tard 1ère vaccination
Circovirus porcin de type 2 – PCV2** 5½ mois 3 semaines plus tard 1ère vaccination
SRRP US & SRRP EU *** 5½ mois 3 semaines plus tard 1ère vaccination Cette vaccination suppose l’utilisation d’un virus inactivé/tué
Diarrhée clostridiale (& Coli) 6 semaines avant la première mise bas 2 semaines avant la première mise bas 2 semaines avant la mise bas
Mycoplasma À l’arrivée en quarantaine 2 semaines plus tard 1ère vaccination Peut être administré en une seule dose, selon le type de vaccin
Grippe 5½ mois 3 semaines plus tard 1ère vaccination
Rhinite (atrophique) À l’arrivée en quarantaine 3 semaines plus tard 1ère vaccination
Actinobacillus Pleuropneumonie – App À l’arrivée en quarantaine 3 semaines plus tard 1ère vaccination

* Pour l’érysipèle, vous devriez envisager de donner un coup de pouce supplémentaire aux animaux les plus jeunes pendant la période de quarantaine.
** C’est la recommandation de DanBred pour le vaccin PCV2. Certains troupeaux administrent le vaccin au sevrage. S’il y a des problèmes répétés avec le PCV2, vous pouvez envisager d’inclure les truies et les verrats dans le programme de vaccination. Toutefois, vous ne devez apporter des modifications au programme de vaccination que sous la direction du vétérinaire du troupeau.
*** Si vous utilisez des vaccins SRRP activés/vivants, vous devez administrer le vaccin une fois au début de la période de quarantaine des animaux. L’utilisation de vaccins vivants doit être suivie d’une période de quarantaine d’au moins 12 semaines.
Liens vers la procédure à suivre pour le traitement et de conservation du vaccin
Liens vers la procédure de vaccination- techniques diverses

Alimentation entre l'accouplement et la mise bas

Pendant la gestation, il est important que les besoins des truies en nutriments pour la production fœtale et la croissance des mamelles soient satisfaits par une alimentation équilibrée. Il est crucial de restaurer la condition physique après une perte de poids dans l’unité de mise bas, car un bilan énergétique négatif augmente le risque de fausse couche. Nous recommandons d’ajouter des matières premières riches en fibres à l’alimentation lors de la gestation.

Indépendemment de l’aliment, mettre de la paille à disposition dans un ratelier permet de rassasier les truies et de les calmer

Le principe de base de l’alimentation dans l’unité de gestation:

  1. Les truies qui ont perdu beaucoup de poids au cours de la période d’allaitement précédente consommeront plus d’aliment. Nous recommandons de rétablir une bonne condition physique dans les quatre à cinq semaines suivant l’accouplement.
  2. Nous ne recommandons pas de nourrir les cochettes à volonté pendant les quatre premières semaines après l’accouplement. Des études ont montré qu’un gain de poids élevé pendant la première partie de la gestation augmente le risque de fausse couche chez les cochettes. Nous recommandons donc de donner aux petites cochettes environ 2,2 kg d’aliment par jour et aux cochettes lourdes environ 2,4 kg par jour.
L’ajustement des courbes alimentaires en gestantes est lié au système de distribution
  1. L’environnement (température, courant d’air et humidité) peut avoir une grande influence sur la consommation alimentaire.

Pour atteindre le poids optimal à la mise bas, il est essentiel de se concentrer sur l’alimentation pendant les quatre semaines précédant la mise bas.

Méthode d'alimentation

Il est recommandé que les truies en gestation soient nourries en fonction de leurs besoins individuels.

L’alimentation de groupe des truies exige beaucoup d’investissement de la part des gestionnaires de troupeau, donc si l’alimentation de groupe est la seule option possible, il est vital qu’ils :

  1. Créent des groupes de truies en fonction de la condition physique
  2. Mettent en enclos individuel les truies minces
  3. Veillent à ce que la condition physique reste homogène parmi les truies de chaque groupe
Grouper les truies par case en fonction de leur état permet de les alimenter de façon uniforme

Score de condition physique

Il est important de se concentrer sur la condition physique dans la période de la mise bas. Regroupez les truies en fonction de leur condition physique.

Différentes méthodes peuvent être utilisées pour l’évaluation de la condition physique:

  1. Évaluation visuelle – il suffit de regarder chaque truie

  1. Palpation – utilisez vos mains pour vérifier le corps
La palpation permet de contrôler l’état de la truie
  1. Mesure de l’épaisseur du gras dorsal

La mesure d’épaisseur de lard dorsal est une affaire de précision. Elle se fait à 7 cm de la colonne

Pour lire la mesure de lard dorsal, il est important de toujours lire au point P2 pour avoir des résultats comprables

Nous recommandons toujours d’utiliser une combinaison de ces méthodes lors de l’évaluation de la condition physique, et vous ne devez jamais vous fier uniquement à l’évaluation visuelle.

Effectuez une évaluation de la condition physique avant l’accouplement, au moment de l’échographie, après 70 jours de gestation et juste avant la mise bas. Votre évaluation de la condition physique avant l’accouplement vous aidera à choisir la bonne courbe d’alimentation pour chaque truie pendant la gestation. Les évaluations subséquentes de la condition physique lors des échographies et au 70ème jour de gestation indiquent si la courbe d’alimentation de la truie est correcte ou si vous devez faire certains ajustements. L’évaluation de la condition physique à la mise bas aide à déterminer si la stratégie d’alimentation que vous avez choisie pour chaque truie pendant la gestation était correcte. Au moment de la mise bas, il faut qu’autant de truies que possible aient une condition physique normale avec une épaisseur de gras dorsal de 16 à 19 mm.

Apport alimentaire recommandé pendant la gestation

Apport alimentaire recommandé pendant la gestation (kg par jour)¹
Jours après l’accouplement Ration alimentaire indicative en fonction de la condition physique et de l’épaisseur du gras dorsal au moment de l’accouplement
Maigre ≤ 13 mm Normale 13-15 mm Grasse ≥ 16 mm Cochettes
1-28 4.3 2.9 2.4 2.2 – 2.4
29-84 3.7 2.4 2.3 2.4 – 2.6
85-115 3.9 3.4 3.4 3.3
116-117** 3.0 3.0 3.0 3.0

1 Les rations alimentaires journalières sont basées sur un régime dont la densité énergétique est de 9,5 MJ NE/12,5 MJ ME/1,05 EW2 avec une teneur en lysine DIS d’environ 4,2 g par kg de fourrage.
* D’une manière générale, il faut fournir 3,4 kg d’aliment jusqu’à la mise bas. Une baisse à 3,0 kg au jour 116 ne devrait être utilisée que si la prévalence de MMA est trop élevée
Courbes d’alimentation indicatives pour les truies en gestation

Mes notes pour les Unité de gestation

Suivant